Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cyril Fussy

http://www.renaud-bray.com/ImagesEditeurs/PG/17/17205-gf.jpg

 

«J’essaie , en tout cas , solitaire ou non , de faire mon Métier .

Et si je le trouve parfois dur, c’est qu’il s’exerce principalement dans l’assez affreuse société intellectuelle où nous vivons,
où l’on se fait un point d’honneur de la (dé?)loyauté
où le réflexe a remplacé la réflexion
où l’on pense à coup de slogan
et où la méchanceté essaie de se faire passer trop souvent pour l’intelligence.

Que faire d’autre alors, sinon se fier à son étoile
et continuer avec entêtement la marche aveugle, hésitante, qui est celle de tout artiste
et qui la justifie quand même, à la seule condition qu’il se fasse une idée juste,
à la fois de la grandeur de son métier, et de son infirmité personnelle.


Cela revient souvent à mécontenter tout le monde.
Je ne suis pas de ces amants de la liberté
qui veulent la parrer de chaînes redoublées
ni de ces serviteurs de la justice qui pensent qu’on ne sert bien la justice qu’en vouant plusieurs générations à l’injustice.

Je vis comme je peux, dans un monde malheureux
riche de son peuple et de sa jeunesse,
provisoirement pauvre dans ses élites,
lancé à la recherche d’un ordre et d’une renaissance à laquelle je crois.

Sans liberté vrai, et sans un certain honneur, je ne puis vivre.

Voilà l’idée que je me fais de mon métier.

Et je sais aussi que j’ai essayé plus particulièrement de respecter les mots que j’écrivais,
puisqu’à travers eux, je voulais respecter ceux qui voulaient les lire
et que je ne voulais pas tromper. »

Discours d'Albert Camus le 22 janvier 1958.

Commenter cet article