Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cyril Fussy

Début décembre 2009, j'écrivais un post dont personne n'avait rien à faire puisqu'il manquait encore le méchant, le vilain, le Bad Guy... Eric Woerth. J'en veux terriblement à M. Woerth d'être arrivé très en retard au casting. Maintenant que la série de l'été est devenu très populaire, on commence enfin à se demander si derrière toute l'affaire Bettencourt-Banier-Woerth ne se cache pas une montagne de gros sous appelée... Nestlé.

"On" c'est le journal Le Monde et en particulier Frédéric Parrat, avocat fiscaliste, enseignant-chercheur à l'université Paris-V, qui s'est fendu aujourd'hui d'un article permettant de remettre en scène l'un des producteurs du feuilleton qui pourrait très bien bénéficier du micmac carnassier qui se déroule en Gaule.

 F. Parrat déguise à peine dans ses propos le mal que le Français moyen qui trime peut faire en lançant à la vindicte populaire et aux lions ce brave M. Woerth. C'est vrai quoi, avez-vous pensé à remercier L'Oréal de vous barbouiller de crème pour que François-Marie Banier puisse couler une retraite paisible?

JREwing.jpg

Image juglar del zipa via flickr: Larry Hagman dans le rôle de John Ross II Ewing pour la série "Dallas"

Mais la petite phrase qui tue c'est:

Il y a quelques jours, Peter Brabeck-Letmathe, le président du conseil d'administration du groupe Nestlé, a déclaré dans un journal allemand qu'il "réfléchissait au développement à long terme de la participation de Nestlé dans le capital de L'Oréal"

Argh! Le spoiler!

L'Oréal et Nestlé ont jusqu'alors toujours respecté leur status quo qui tient jusqu'en 2014, une sorte d'accord de non-agression mutuelle, mais la perspective de voir le siège de L'Oréal rapatrié au pays des coffre-forts doit faire froid dans le dos du ministre du budget. Réfléchir au développement à long terme de leur relation c'est finalement prévoir la stratégie d'après 2014, au mieux. Au pire, un nouvel accord pourrait très bien voir le jour entre les deux géants.

Le bouclier fiscal n'aurait alors pas pu empêcher son meilleur client de déserter la Gaule. Mais bon, tout ceci n'est que suppositions pour la saison 2 du feuilleton "L'Oréal, ton univers pitoyable"...

Commenter cet article