Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cyril Fussy

Mardi 15 mars 2011 : il aurait été prudent d'envisager le pire.

 

L'Agence de sûreté nucléaire japonaise a exclu, lundi, un accident de type Tchernobyl dans la centrale de Fukushima (nord-est), selon le ministre de la Stratégie nationale cité par l'agence de presse Jiji. "Il n'y a absolument aucune possibilité d'un Tchernobyl", a déclaré Koichiro Genba aux membres du parti au pouvoir, en rapportant l'avis de l'Agence de sûreté nucléaire et industrielle. Les systèmes de refroidissement de trois des six réacteurs de la centrale de Fukushima 1 sont tombés en panne. À la suite de plusieurs opérations destinées à stopper un début de fusion, deux explosions se sont produites au niveau des bâtiments abritant les réacteurs 1 et 3, qui n'ont pas été endommagés. (Source)


http://www.atlasinfo.fr/photo/art/default/2774314-3927960.jpg?v=1300173416

 

Au sujet des radiations, à partir d'une dose de 100 millisieverts/h reçue par le corps humain, les observations médicales font état d'une augmentation du nombre des cancers. Une personne ayant reçu une dose d'un sievert (1 000 mSv/h) ou plus est considérée comme étant atteinte du "mal des rayons" et doit être hospitalisée. Avec 400 mSv/h, la dose mortelle est atteinte en 12 heures. L'exposition généralement admise pour le grand public est de un millisievert par an. Le gouvernement japonais a affirmé avoir détecté, à Fukushima Dai-Ichi, 30 millisieverts/h entre le réacteur 2 et le réacteur 3, 400 millisieverts/h près du réacteur 3, et 100 près du numéro 4.

Malgré toutes les tentatives, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a confirmé hier soir la "fusion partielle" des coeurs des réacteurs 1, 2 et 3 de la centrale nucléaire de Fukushima. Le caisson de confinement du réacteur No 3 est touché. Le réacteur No 4 est en feu. Un dépôt de matières radioactives hautement toxique est en train de partir en fumée dans l'atmosphère !

Pendant trois jours l'AIEA est restée emmurée dans le silence avant d'affirmer qu'il n'y avait pas de catastrophe nucléaire à Fukushima. Areva s'est fendu lundi soir d'une grande opération de communication désinformation par la voix de sa présidente à la télévision nationale, affirmant haut et fort que Fukushima était une catastrophe naturelle ! Plus sérieusement, l'ASN devrait bientôt relever le classement de l'accident du niveau 4 à 5 voire 6. Tout est mis en peuvre au Japon pour éviter la pire catastrophe nucléaire de l'histoire. Une catastrophe qui était prévisible, qui le reste partout où des centrales nucléaires ont été construites sur des failles sismiques (ou proche) et en bordures côtières.

Stop au nucléaire ! Définitivement ! Il est temps de changer d'air ! D'entrer dans une ère responsable !

Commenter cet article