Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cyril Fussy

(Mises à jour plus loin en fin d'article)

 

La crédibilité des agences onusiennes, qui surveillent l’accident nucléaire au Japon, est remise en question. Et notamment celle de l’Organisation mondiale de la santé. Une OMS soumise au bon vouloir de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et incapable d’évaluer les risques de façon indépendante, montre une enquête de la TSR. L'article complet est ici (avec notamment des doutes plus que sérieux émis sur les bilans de Tchernobyl).

 

Facile de le vérifier soi-même. L'OMS s'en remet par exemple aux indications de la NISA japonaise pour les valeurs limites d'iodine (iode 131) et autres éléments radioactifs autorisés dans l'eau potable et les produits alimentaires! Quelle belle preuve d'indépendance et d'inquiétude pour la santé des populations... Et ces valeurs limites ont été fixées à 300 Bq/l par exemple par l'industrie nucléaire japonaise. Au Canada, cette valeur limite acceptable dans l'eau (ou CMA) est fixée par le gouvernement à... 6 Bq/l... des pics à plus de 180 Bq/l ont été relevés au moins deux fois par la préfecture de Fukushima entre le 18 et le 21 mars 2011...

 

Regardez ce tableau de l'OMS ci-dessous: sur une période de 6 jours seuls deux chiffres sont disponibles pour les taux d'iodine détectés dans l'eau potable de la préfecture de Fukushima! Plusieurs sources gouvernementales japonaises font état de valeurs limites doublement dépassées autour de Tokyo, mais pas pour l'OMS, apparemment, qui ne peut être que la dernière au courant si ses sources sont celles de l'industrie nucléaire évidemment... Le gouvernement japonais vient d'émettre un avertissement que les valeurs limites d'iodine dans l'eau (causes de cancers de la thyroïde) sont dépassées en simulations même au-delà de la zone des 30 km autour de la centrale qui continue à rejeter des éléments radioactifs dans la nature...


 

WHO-doc

 

 

Le Ministère des affaires étrangères indique qu'à cette heure 25 nations ont déplacé ou fermé leur ambassade à Tokyo, ces mêmes nations qui s'en remettent aux rapports de l'OMS pour assurer que tout va bien, que la situation au Japon n'a rien d'inquiétant...

 

Entre autres nouvelles, les autorités japonaises ont informé la population de Tokyo des teneurs élevées en iodine plus de 24 heures après l'analyse des échantillons prélevés. Si vous habitez Tokyo ce n'est pas la peine de paniquer, vous êtes déjà contaminé. Pas de panique.


 

Mises à jour importantes en provenance de Fukushima:

 

- La radioactivité n'a jamais été aussi élevée autour du réacteur No 2 selon un dernier rapport.


- Deutsche Welle révèle (via des données produites par le gouvernement autrichien, les premières données sérieuses émanant d'une autorité indépendante) que les taux de contamination par radiations non naturelles seront au moins aussi élevés que ceux de Techernobyl, étant entendu que la situation à Fukushima est très loin d'être stabilisée encore...

Commenter cet article