Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cyril Fussy

Certains films ont laissé des traces indélébiles dans le 7e Art, d'autres ont ce charme particulier des années 80. Oui, les années 80 ont marqué plusieurs générations, pas forcément pour les bonnes raisons. Que ce soit en coiffure, dans les chaussures ou en musique, ce charme très particulier se retrouve aussi au cinéma.

 

Le premier film de cette petite série sur les films cultes des années 80 s'intitule "Fast Times at Ridgemont High" ou l'insupportable traduction française "Ça chauffe au lycée Ridgemont"...

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51PPEXDE1ML._SL500_AA300_.jpg

 

Les spectateurs français n'en ont peut-être pas gardé un souvenir mémorable, mais ce film de 1982 contient presque toutes les bases des futurs films d'ados étasuniens (on pense à tous les "American Pie" par exemple) et bien d'autres choses encore. Certes, "La Boum" de Claude Pinoteau avait conquis les coeurs français dès 1980 mais "Fast Times at Ridgemont High" contient bien plus d'ingrédients savoureux que les seules performances de la jeune Sophie Marceau et de Richard Sanderson.

 

http://www.bondcollection.com.ar/NS%20-%20pierceporuk/04b.jpgVincent Schiavelli face à James Bond dans "Tomorrow never dies" (Demain ne meurt jamais)

 

Le casting de "Fast Times at Ridgemont High" est un modèle du genre. On y découvre la starlette de l'époque, Phoebe Cates, un jeune Sean Penn en surfeur enfumé dont on ne peut s'empêcher de penser qu'Owen Wilson lui a tout emprunté (avec talent toutefois), les débuts de Jennifer Jason Leigh qui ne cessera de répéter son personnage jusqu'à la récente série "Weeds", un Forest Whitaker imperturbable avec déjà un oeil qui dit merde à l'autre et deux acteurs dont on retient toujours difficilement les noms mais aux visages forcément inoubliables: Judge Reinhold et Vincent Schiavelli. Encore un nom se glisse au générique malgré une simple apparition de trois-quarts profil, un certain Nicolas Coppola, neveu de, qui s'épanouira plus tard sous le pseudo de Nicolas Cage.

 

http://static.tvfanatic.com/images/gallery/judge-reinhold-on-arrested-development.jpgJudge Reinhold dans la série "Arrested Development"

 

Plus loin, l'auteur du livre et du scénario, qui s'est fondu incogito dans un collège pendant une année pour écrire ses dialogues, Cameron Crowe, deviendra beaucoup plus tard le réalisateur et scénariste de notamment "Jerry Maguire", "Almost Famous" (Presque célèbre) et "Vanilla Sky"...

 

Mis à part d'avoir obsédé des générations de boutonneux grâce aux effeuillages de Phoebe Cates et de Jennifer Jason Leigh, le film "Fast Times at Ridgemont High" contient une scène restée culte dans les mémoires de tout américain normalement constitué et dont le New York Times avait été bien inspiré à l'époque de souligner: la révélation des sauces secrètes chez All American Burgers et son concurrent... Autre scène culte, celle de la carotte à la cantine (voir ci-dessous) qui fera plus tard passer Meg Ryan pour une vulgaire simulatrice. Et une autre, bien sûr, le ralenti exagéré sur la poitrine de Phoebe Cates qui alimente depuis des années les classements des scènes les plus sexy du cinéma et qui aura plus ou moins anéanti la carrière de l'actrice (l'inregardable "Paradise" aura cependant causé le plus gros des dégâts)...

 

Côté voitures on y retrouvera une Trans Am, une Buick Electra et une vraie Honda Civic. Côté société, on retrouvera une liberté de ton bien moins moralisatrice qu'elle pourrait être aujourd'hui, notamment sur les questions de fumette, d'avortement ou de premiers partenaires sexuels, d'où la pléthore de scènes cultes probablement. Enfin, regardez bien le placement des graffitis sur les murs, ils donneront naissance à plus d'une génération de copieurs...

 

Le seul bémol à ce festival est la bande-son qui n'a pas été très soignée, malgré le caméo de l'opus IV (face 1) de Led Zeppelin of course. Il faut dire que "La" musique des années 80 dans le sens "New Age" n'était pas américaine mais bien anglaise.

 

Scène culte:

 

Commenter cet article