Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cyril Fussy

16 mars 2011

 

Il n'y a plus grand monde à la centrale nucléaire de Fukushima. Une poignée d'employés est restée sur place, à se demander pourquoi. La centrale nucléaire est hors de contrôle de l'avis de nombreux experts. Aucune intervention n'est possible sur site à cause de la très forte radioactivité ambiante qui continue à séchapper. Ce qui n'empêche pas le patron d'EDF d'avoir la prétention de jouer les Superman et de continuer à minimiser l'impact qu'aura cet accident sur la confiance que la population accorde au nucléaire.

 

Depuis 5 jours que dure la catastrophe, les informations en provenance de Fukushima se font de plus en plus éparses. le monde assiste impuissant à une catastrophe nucléaire d'une ampleur jamais vue. Quatre réacteurs sont soit endommagé, soit fuyant du combustible, soit hors de contrôle.

 

Après avoir minimisé la situation le plus longtemps possible, les autorits japonaises vont maintenant relever les niveaux de radioactivité, hier 20 fois plus élevés que la radioactivité naturelle aux abords de Tokyo, aujourd'hui 300 fois. Mais il n'y a toujours pas de quoi s'affoler, les autorités affirment à leur population qu'il n'y a toujours pas de risque pour la santé.

 

Un nuage radioactif traversera forcément le Pacifique pour atteindre la côte ouest du Canada et des Etats-Unis, porté par les vents. N'importe quel météorologue est capable de le dire. Mais quiconque tentera d'envisager le scénario de propagation de cette radioactivité se verra immédiatement censuré et traité de plaisantin.

 

http://www.theweatherspace.com/news/images/31211k.jpg

 

radio-1.jpg

 

 

Cette carte, hoax ou non, ressemble pourtant bien aux analyses faites par ce M. Météo de la télévision belge:

http://www.rtlinfo.be/info/monde/international/782541/japon-comment-les-particules-radioactives-se-repandent-elles-

 

Elle n'a rien de si ridicule sinon qu'elle est illustrée par une ancienne mesure plus utilisée, le Rad, alors qu'on préfère aujourd'hui parler de Sivert (Sv) et de Sv/h pour les doses absorbées..


La multiplication des cancers se dénombrera dans 10, 15, 20 ans. Comme pour Tchernobyl, le scénario est identique, c'est le scénario du grand vide d'informations. Nous ne savons toujours pas le nombre de cancers et de décès subséquents à imputer à la catastrophe de 1986. Pour certains organismes, le chiffre serait de 9'000. Pour d'autres de 900'000.

 

Mais l'industrie du nucléaire continuera à nous affirmer que tout est sous contrôle. Qu'il n'y a aucune raison d'avoir peur. Que le monde ne peut pas se passer du nucléaire.

 

La catastrophe de Fukushima aura eu le mérite de faire sortir les médias de leur silence et de leur réserve coupable face au nucléaire. On ressort les rapports que personne ne voulait voir en France. Comme par exemple un nombre d'incidents en hausse en France: plus de 1000 par année. Vous le saviez? Certainement pas. On n'en parle nulle part. Et même si vous le saviez, connaissons-nous leurs conséquences sur l'environnement? La pollution des eaux, dont le nucléaire est très gros consomateur? La pollution des sols? En France, seule la CRIIRAD est totalement indépendante de toute pression du lobby nucléaire et elle tente depuis des années de tirer les sonnettes d'alarme sur des niveaux de radioactivité alarmants dans certaines régions de France. Des appels balayés d'un revers de main en général, par une industrie du nucléaire qui niera toujours l'évidence, comme les sols radioactifs de la région de Limoge où la COGEMA avait tout bonnement enterré ses boues d'uranium. 

 

Les fuites radioactives à Fukushima ne seront pas sans conséquences pour l'environnement. L'industrie du nucléaire s'y intéresse-t-elle? En sommes-nous informés? Aujourd'hui EDF n'est plus un organisme producteur d'électricité, c'est une industrie du nucléaire. Est-ce bien normal?

 

En France la priorité n'est pas d'injecter encore des milliards dans les inspections des centrales (beau geste de bonne volonté), elle est surtout de dire la vérité sur cette industrie afin que le public se forge sa propre opinion sur des faits concrets, des mesures indépendantes et des scénarios réalistes. L'industrie du nucléaire y est-elle préparée?

 


Commenter cet article