Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Cyril Fussy

Partout dans le monde des voix s'élèvent à nouveau pour dire stop au nucléaire devant la dramatique situation japonaise.


http://www.aufaitmaroc.com/pictures/0051/1981/photo_1300027686408-1-0.jpg

 

Le patron de l'UMP Jean-François Copé a regretté la "manière assez indécente" dont les Verts "se saisissent de cette opportunité" pour dénoncer les options énergétiques de la France.

Pourtant, de son côté, Henri Guaino, conseiller du président de la République, le même qui passait le dernier réveillon en Libye avec ses potes, n'hésite pas à dire que les accidents à répétition dans les centrales nucléaires japonaises profiteront à Areva! Non mais, cherchez l'erreur... C'est certainement ce que François Fillon veut dire quand il déclare que la France tirera des "enseignements utiles" de Fukushima (3 lignes de communiqué relayé nulle part...).

Dans le genre je vois très bien la paille dans l'oeil de mon voisin depuis la perspective de la poutre qui me traverse le front, l'UMP fait très fort (tout comme le Front national qui a sauté sur l'occasion le premier pour récupérer les voix des pro-nucléaires à la première annonce de "tout va bien" à Fukushima)... Il est vrai que dénoncer les dangers du nucléaire face aux milliards que cette industrie inquiétante et très mal maîtirsée coûte et rapporte, il n'y a pas photo.

 

 


La transparence des informations à Fukushima n'est toujours pas la priorité. Il a fallu que des équipes de journalistes aillent au péril de leur vie faire des relevés de radioactivité afin d'avoir des chiffres précis. Et ces chiffres sont mauvais, très mauvais. Il se pourrait que "l'incident" classé 4, sur une échele de risques de 7, serait plus proche du niveau 6...

Le Réseau "Sortir du nucléaire" révèle que six journalistes japonais indépendants se sont rendus près de la mairie de Futaba, à 2 km de la centrale de Fukushima Daiichi, pour mesurer la radioactivité avec trois compteurs Geiger, dimanche 13 mars à 10h20. Le débit de dose a été mesuré à 10 milli-Röntgen/h (soit 0,1 mSv/h), ce qui représente en 10 heures l'équivalent de la dose annuelle tolérée en France. (Source)

De nouvelles explosions ont eu lieu ce lundi 14 mars 2011 dans la centrale nucléaire que les autorités n'arrivent toujours pas à maîtriser et où les circuits de refroidissements tombent en panne les une après les autres, menaçant le coeur de MOX. Pourtant, pour les autorités et les Michel Chevalet (sur BFM) ce sont des "explosions classiques". Comment ose-t-on parler ainsi d'explosions à répétition dans une centrale nucléaire? C'est très grave de minimiser ainsi le danger qui plane.

La radioactivité dégagée par l’explosion du réacteur n°1 de la centrale de Fukushima Daiichi a été mesurée à 120 km de cette centrale. Le coeur au plutonium du réacteur n°3 de la centrale de Fukushima Daiichi n’était plus immergé qu’à moitié avant les deux explosions de ce matin.

Selon le gouvernement japonais il n’y aurait pas d’élévation significative de la radioactivité après l’explosion du réacteur n°3. Selon le New York Times, le porte-avion Ronald Reagan aurait traversé un nuage radioactif en provenance du Japon. De source officielle, les membres d’équipages auraient reçu en une heure le maximum autorisé pour un mois.

On pourrait penser qu'au regard de la situation actuelle, qui ne s'améliore pas, il serait temps de s'inquiéter mais, au niveau de l'information, la priorité est toujours de n'affoler personne. On soignera les cancers plus tard, hein?


Commenter cet article